Guide de l’homéopathie concernant les virus

Selon le guide homéopathique, le principe de l’homéopathie repose sur le repérage de l’ensemble des symptômes qui affligent un individu. Aussitôt le diagnostic fait, les défenses immunitaires de l’individu sont amenées à le protéger contre la maladie. C’est le même processus pour une maladie infectieuse virale. Cependant, il existe des remèdes qu’on appelle antiviraux. On pense que ces derniers sont mieux adaptés que l’homéopathie pour traiter certaines maladies. Néanmoins, en dépit du fait que les remèdes homéopathiques ne soient pas considérés comme ayant une action antivirale traditionnelle, leur capacité à accroître l’immunité naturelle de l’organisme du corps laisse penser qu’ils ont des actions antivirales.

Fonctionnement de l’antiviral

L’antiviral a pour mission de perturber le cycle de reproduction d’un ou de plusieurs virus. Cela permet alors de ralentir l’évolution d’une infection virale. La prévention et les vaccins sont pour l’heure les seuls moyens connus pouvant soutenir la lutter contre les infections d’origine virale. En outre, un antiviral cause le trouble par une réaction de nature chimique à un moment bien précis du cycle de reproduction d’un virus. Il freine par conséquent l’infection en réduisant la réplication des particules virales. Afin d’améliorer l’action des traitements antiviraux, certains remèdes prescrivent des médicaments qui ont pour mission de créer une réaction du système immunitaire. En général, ce type de molécule à l’instar de la Ribavirine est recommandé aux personnes souffrant d’hépatite C. Ces molécules renforcent le système d’auto guérison organique et supprime la concentration du virus. Aussi, même si le traitement ne détruit pas entièrement le virus, elle modifie le composant chimique du virus. Cela a pour effet de l’affaiblir et de l’empêcher d’accélérer les phases suivantes de l’évolution de l’hépatite C dont souffre le patient. Cette méthode constitue diverses similarités à l’effet qui caractérisent également les soins apportés par l’homéopathie qu’on trouve dans le guide homéopathique.

A ce propos, des recherches sur les virus d’embryon de poulet ont prouvé que huit des dix traitements homéopathiques testés ont empêché l’évolutiondes virus de 50 à 100%. Une recherche identique effectuée par les mêmes scientifiques a remarqué toutefois, qu’aucun de ces médicaments homéopathiques testés pour leurs impacts sur un virus de souris n’avait l’effet espéré.

 

 

Qu’est-ce que les immunomodulateurs

En dépit de la présence presque certaine des effets antiviraux des traitements proposés par l’homéopathie dans le guide homéopathique, il est à souligner que les médicaments homéopathiques n’ont pas les mêmes effets antiviraux comme ils sont habituellement connus. Les effets viraux de l’homéopathie sont sous forme individualisée d’immunomodulateurs. Les immunomodulateurs fonctionnent en tonifiant le système immunitaire de l’organisme. En d’autres termes, les immunomodulateurs peuvent augmenter le résultat immunitaire escompté lorsqu’il a besoin d’être encouragé et de diminuer l’action du système immunitaire lorsqu’il est trop surexcité. Une recherche en laboratoire a démontré que le médicament homéopathique connu sous le nom de silicea a par exemple eu des effets dramatiques sur la stimulation des macrophages.

Dans tous les cas, il faut consulter préalablement un médecin avant d’entamer un quelconque traitement homéopathique, afin de connaitre les dosages adaptés à chaque individu. En outre, compte tenu du fait que l’homéopathie traite les symptômes avant même qu’ils ne se manifestent, il convient de se référer aux conseils du médecin pour qu’il puisse faire faire des bilans en ce sens et pour recouvrer la santé dans les meilleures conditions. Il ne faut pas non plus oublier que certains traitements homéopathiques comme les huiles essentielles ne sont pas adaptées aux bébés, aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux personnes âgées.